Démocratie directe : une réalité concrète.

13 novembre 2012 On en parle...
"Le modèle de gestion jacobine, où les décisions prises ne pourront être, sanctionnées qu’à l’issue d’un mandat par une élection, s’avère insuffisant aujourd’hui. Les citoyens internautes attendent un degré supplémentaire de démocratie."
"Plus les communes sont grandes, plus le maire a des difficultés à communiquer avec ses concitoyens."
Explications de Carl Pincemin. Directeur de France UA

Pourriez-vous nous faire part de votre vision de la démocratie participative et de la gestion des opinions des concitoyens dans les collectivités ?

Carl Pincemin : Le système de démocratie représentative dans lequel nous vivons aujourd’hui est né à une époque ou l’information circulait à la vitesse d’un cheval. Les citoyens pour s’exprimer, désignaient un représentant, qui portait leur parole jusqu’à la capitale car il leur était matériellement impossible de faire directement entendre leur voix. Aujourd’hui, tout individu à la possibilité de communiquer de manière quasi instantanée avec la personne de son choix partout dans le monde. La démocratie étant un système politique dans lequel il est demandé aux citoyens de s’exprimer et de donner leur avis, comment imaginer se passer aujourd’hui des outils mis à notre disposition par la technologie moderne. Dans les collectivités, force est de constater que plus leur taille est importante plus les élus ont des difficultés à communiquer avec leurs concitoyens. Ces derniers ont l’impression qu’à part le fait de voter, ils n’ont aucune possibilité d’influer sur la vie locale et que les choses se passent sans eux. D’où le développement d’un sentiment de distance, générateur dans certains cas de méfiance et d’incompréhension. Plus généralement, sur tout sujet où l’électeur pourrait apporter sa contribution au débat local, il y a un sentiment croissant de manque de concertation. Lors de nos nombreuses rencontres avec les élus, ceux-ci nous ont fait part de leur besoin d’un nouvel outil de communication leur permettant de s’adapter aux évolutions de la société et d’enrichir la vie démocratique locale.

Les nouveaux outils numériques de la démocratie directe permettent-ils à une municipalité de devancer les attentes des citoyens internautes, aujourd’hui ?

C. P. : Oui absolument ! Les technologies de l’information nous permettent de répondre de manière performante à toutes les demandes d’une équipe municipale sur ce sujet : des sondageset consultations à l’échelle d’une collectivité aux opérations de concertation de quartier. Avec les nouvelles potentialités offertes par Internet, les équipes municipales disposent aujourd’hui de la possibilité d’être en phase avec les attentes des citoyens internautes. Des bornes internet municipales permettent, par exemple, d’interagir très souplement avec toutes les composantes de la société (y compris des visiteurs ou des touristes). Pour un coût mensuel modique, généralement proche de celui d’une connexion Internet, et à l’issue d’une formation de certains de ses personnels, l’équipe municipale aura la capacité de devenir parfaitement autonome dans l’utilisation d’un outil polyvalent et adaptable de communication locale. Ce qui nécessitait une organisation complexe et occasionnait une charge en ressources humaines devient maintenant simple à déployer, sans logistique lourde et coûteuse. Notre produit WikiMairie, selon l’utilisation qu’en feront le maire et son équipe, sera un outil de pilotage de la vie démocratique locale, une capacité nouvelle de concertation.

Comment WikiMairie apporte-t-il à la commune la confidentialité et la sécurité concernant la base de données ?

C. P. : Il est important de préciser au préalable que toutes les données qui seront recueillies dans le cadre de l’utilisation de WikiMairie sont et resteront la propriété de la mairie. Lors de l’utilisation de l’outil, toutes les données manipulées sont stockées sur nos serveurs et sont cryptées. L’accès aux données utilisées par WikiMairie est sécurisé et restreint aux personnels désignés par la mairie.

Europe parlementaire | trimestriel | № 11 | avril-mai-juin 2012
Facebook
Facebook
Google
Google
Twitter
Twitter
Linkedin
Linkedin
Viadeo
Viadeo